Vie et mort du bougon ?

En 2004, la télévision de Radio-Canada lançait la série les Bougon. C’est aussi ça la vie !

Bougon ? Voici comment l’Oreille tendue définissait le terme alors.

Prestataire de l’aide sociale qui n’a pas besoin de consultant pour faire preuve de vision. Le bougon s’enrichirait sans jamais travailler, ce qui ne l’empêche pas de dépenser beaucoup d’énergie pour se faire vivre par le gouvernement. Synonyme : affreux, sale et habile.

Histoire. Mot ancien au sens de râleur renfrogné, mais popularisé en ce nouveau sens par une émission de télévision lancée par la Société Radio-Canada en janvier 2004. Comme le dit son auteur, «J’aimerais qu’un jour on dise de quelqu’un qui est contre le système que c’est un Bougon» (la Presse, 11 janvier 2004). Circule sous des formes diverses, plus ou moins neuves : «Il n’y a pas de scandale “Bougon”, à peine quelques gémissements, quelques râles, un peu de bougonnage, en somme» (la Presse, 9 janvier 2004); «Petite bougonnerie journalistique» (la Presse, 12 janvier 2004); «La Bougonmanie frappe : 1 945 000 téléspectateurs» (la Presse, 16 janvier 2004); «Bougonner autour des Bougon» (le Devoir, 19 janvier 2004); «Fraude bougonnante et fraude bourgeonnante» (le Devoir, 24-25 janvier 2004).

Donc, pour 2004, outre bougon : bougonnage, bougonnerie, bougonmanie, bougonner, bougonnante.

Par la suite, le mot a continué à exister, avec ou sans guillemets, tant pour désigner les pauvres que les riches qui abusent de l’État, communément appelé «le système» :

«Les Bougon de la pub» (le Devoir, 4-5 juin 2005, p. A7).

«Un plan Bougon, accuse l’ADQ» (la Presse, 24 mars 2006, p. A10).

On notera que bougon est ici employé comme adjectif.

«20 000 “Bougons” pris au piège au Québec» (la Presse, 31 mars 2006, p. A7).

«Les Bougon pilleurs de la faune» (le Devoir, 8 décembre 2006, p. B8).

«Les Bougon de la location» (la Presse, 19 février 2007, p. A1).

«Québec épingle 26 000 “Bougon”» (la Presse, 8 janvier 2008, p. A1).

Si le mot a moins fait les manchettes par la suite, il n’en continue pas moins sa vie publique jusqu’à aujourd’hui.

Alecka le chante en 2011 :

Ben voyons don
Heille creton
C’est don ben bon
Heille creton
Dans l’fond
Bougon gigon
Ou bedon

Et le Devoir titre, les 2-3 juin 2012 : «La chasse aux “Bougon saisonniers» (p. B1).

 

[Complément du 10 avril 2013]

Titre vu dans la Presse du jour : «Fiscalité. Québec solidaire veut traquer les “Bougon”» (p. A11). De qui s’agit-il ? De ceux qui cachent de l’argent dans les paradis fiscaux. Les Bougon(s) sont partout.

 

Référence

Alecka, «Choukran», Alecka, 2011, étiquette Spectra musique

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

4 thoughts on “Vie et mort du bougon ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*