Il faut que ça tienne

Publicité de la Société de transport de Montréal, Twitter, 14 mars 2017

On a vu l’expression l’autre jour dans une publicité de Maison Corbeil : Attache ta tuque avec de la broche y était rendue, en français de référence, par Sois prêt à affronter des difficultés.

Reprenant son Dictionnaire québécois instantané (2004), l’Oreille tendue proposerait des définitions légèrement différentes.

1. Attacher sa tuque. Se préparer au meilleur. Attache ta tuque (album des Cowboys fringants). «Attache ta tuque avec Coke» (publicité).

Existe en version urbaine : «Les Cowboys fringants. Attache ton quadrilatère !» (le Devoir, 29 juillet 2003).

Et en version country : «Le show Cowboys fringants. Attachez vos chapeaux western !» (la Presse, 28 juillet 2003).

2. Attacher sa tuque avec de la broche. Se préparer au pire ou, du moins, à quelque chose qui va décoiffer.

«Gilles Proulx fait ses débuts à l’animation d’un téléjournal. Attachez vos tuques avec de la broche !» (la Presse, 21 août 2000).

Remarque 1

On peut attacher sa tuque avec nombre de matériaux.

«Attachez vos tuques avec de la fibre [optique] !» (la Presse, 16 février 2001).

Remarque 2

La tuque n’a pas à être attachée. Elle peut être accrochée, comme chez Akroche tatuk.

Remarque 3

La tuque peut être remplacée par un autre couvre-chef.

«Le dernier-né des délires de la droite canadienne. Attachez votre turban avec de la broche, après Adolf Bouchard, voici Oussama ben Boisclair» (le Devoir, 15 août 2007, p. A7).

Remarque 4

Un groupe québécois de rap — à moins que ce ne soit du hip-hop — s’est appelé Atach Tatuq.

Référence

Melançon, Benoît, en collaboration avec Pierre Popovic, Dictionnaire québécois instantané, Montréal, Fides, 2004 (deuxième édition, revue, corrigée et full upgradée), 234 p. Illustrations de Philippe Beha.

Dictionnaire québécois instantanté, 2004, couverture

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*