Les zeugmes du dimanche matin, de Jean Echenoz et de la page 50

Jean Echenoz, Je m'en vais, 1999, couverture

Jean Echenoz, Je m’en vais, Paris, Éditions de Minuit, 1999, 252 p., p. 50 :

«Elle se refuse et se débat au point que Ferrer pense un moment que c’est cuit mais, par bonheur et par paliers, l’infirmière finit par se détendre»;

«Mais on allait bientôt atteindre l’objectif de Ferrer, de toute façon, pour ce radiotélégraphiste ce n’était plus qu’une question d’heures avant d’être débarrassé de ce rival qui, l’objectif atteint, fit ses adieux au commandant et à l’état-major sur la passerelle puis, retourné dans sa cabine, ses valises.»

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*