Le zeugme du dimanche matin et de Lola Lafon

Lola Lafon, La petite communiste qui ne souriait jamais, 2014, couverture«Nadia [Comaneci] a treize ans, l’air d’en avoir dix, et bientôt tout ça ne l’intéressera plus, mais au moins, affirme son père, les exercices lui renforcent le dos et le caractère.»

Lola Lafon, La petite communiste qui ne souriait jamais, Arles, Actes Sud, coll. «Domaine français», 2014, 317 p., p. 58.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*