Les si n’aiment pas les rait, dit-on

Sophie Bienvenu, Chercher Sam, 2014, couverture

«C’était la première fois que je pleurais depuis des années. Faut croire que là, j’avais trouvé une source.

J’étais plus capable d’avancer tellement les larmes me prenaient de force.

Ma mère m’a pris dans ses bras. Je me suis laissé aller. Je crois même que je gémissais dans son cou comme un kid. Elle disait “allez, allez… pleure pas, va”, en me frottant le dos.

J’avais le nez collé dans le creux de son épaule, ça faisait une tache de morve sur son manteau de laine noire.

“Maman, si j’aurais su…”, je gémissais.

J’avais tellement la face collée sur elle qu’elle comprenait pas ce que je disais. Elle m’a demandé de répéter. J’ai répété.

Elle a écarquillé les yeux et elle a eu un mouvement de recul.

“C’est ça, j’avais bien entendu. On dit ‘si J’AVAIS su’. Pas ‘si j’aurais’. Enfin c’est pas avec Karine que tu vas apprendre à parler français correctement, certain. Allez viens-t’en, le cortège va partir sans nous, le corbillard attend.”

Soudainement, j’ai eu le goût de vomir.

J’ai serré les poings et les dents.

J’ai rien dit en chemin vers le cimetière. J’ai rien entendu non plus.»

Sophie Bienvenu, Chercher Sam, Montréal, Le Cheval d’août, 2014, 169 p., p. 62.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*