Les zeugmes de Jean Echenoz (encore) et du dimanche matin (toujours)

«[…] Tausk va et vient sans but dans son peignoir et son appartement» (p. 68).

«Et puis il fait trop chaud, je manque d’air et d’idées» (p. 88).

«Devant l’ancienne cheminée murée se tenait un radiateur électrique à inertie chaleur douce et à roulettes […]» (p. 180).

«Lessertisseur accepte un verre et un fauteuil […]» (p. 206).

«on est arrivés à destination sans trop de mal, de turbulences ni de trous d’air» (p. 211).

«Une fois qu’on a suffisamment fait le tour du parc et la cour à la fille […]» (p. 271).

«Une fois Hyacinthe rentré chez lui, Tausk rejoindra sa chambre et Charlotte endormie […]» (p. 299).

«Il s’y remettra vite à fumer ainsi que de ses désillusions» (p. 302).

Jean Echenoz, Envoyée spéciale, Paris, Éditions de Minuit, 2016, 312 p.

P.-S. — L’Oreille tendue a dit le bien qu’elle pense de ce roman ici.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*