Les zeugmes du dimanche matin et de madame Roland

Madame Roland, Enfance, éd. 2010, couverture«Robuste et sain, actif et glorieux, il aimait sa femme et la parure […]» (p. 23).

«Le bon abbé Morel, qui avait épuisé sa bibliothèque et sa rhétorique pour me conserver croyante, s’accommodait avec bon sens de me trouver raisonnable […]» (p. 126).

Madame Roland, Enfance, Paris, Gallimard, coll. «Folio 2 €», série «Femmes de lettres», 5064, 2010, 137 p. Édition établie et présentée par Martine Reid.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*