Bien peu

«Pas tant», la Presse+, 22 novembre 2018

Entendu un soir à la maison, dans la bouche d’une vingtenaire : «Mathieu Bock-Côté, je l’aime pas tant.»

Lu l’autre jour, chez Mahigan Lepage : «Je n’aime pas tant l’app Photos d’iOS, mais elle a au moins l’avantage de donner un aperçu visuel des photos.»

Découvert chez Christine Beaulieu dans J’aime Hydro :

«Aussi, je me disais : le dossier de l’électricité ? Oui, je me sentais concernée par ça, j’ai une facture, ça me préoccupait… Mais est-ce que ça me mobilisait tant que ça ?

Pas tant» (p. 37).

Bref, la formule euphémisante pas tant n’est pas rare dans le Québec contemporain.

Synonymes : guère, (bien) peu, (vraiment) pas.

Antonyme : correct.

Historique : la réduction de pas tant que ça à pas tant n’est pas récente, le Petit Robert (édition numérique de 2014) en donnant une occurrence chez les Goncourt («Je te croyais bête, Pluvinel, mais pas tant, vrai !»).

Référence

Beaulieu, Christine, J’aime Hydro, Montréal, Atelier 10, coll. «Pièces», 13, 2017, 253 p. Illustrations de Mathilde Corbeil.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*