Le siège de la connaissance

Michel Tremblay, Conversations avec un enfant curieux, 2016, couverture

Avec quoi pense-t-on au Québec ? Avec sa bolle (sa tête). C’était avec elle que travaillaient, à l’Université de Montréal, les participants du jeu-questionnaire Bols & bolles.

Qui se sert de sa bolle est, bien sûr, une bolle.

Qui s’en sert beaucoup risque de se le faire reprocher : «Coudonc, t’es-tu bollée ?» (Ouvrir son cœur, p. 183) Une bollée, dans ce contexte, aurait aussi été acceptable, bollé(e) pouvant être une épithète ou un substantif.

Sur la bolle se trouvent aussi les cheveux (courts) : «Pis chus tanné d’avoir un rase-bol tous les étés» (Conversations avec un enfant curieux, p. 59).

Il est d’autres bol(le)s au Québec, mais ce sera pour un autre jour.

P.-S.—On voit aussi une bol et une bole, comme le montrent les exemples du Trésor des expressions québécoises (p. 47).

P.-P.-S.—On ne confondra pas le verbe de la connaissance et le siège de la connaissance.

 

Références

DesRuisseaux, Pierre, Trésor des expressions populaires. Petit dictionnaire de la langue imagée dans la littérature et les écrits québécois, Montréal, Fides, coll. «Biblio • Fides», 2015 (nouvelle édition revue et augmentée), 380 p.

Morin, Alexie, Ouvrir son cœur, Montréal, Le Quartanier, coll. «Écho», 29, 2020 (2018), 343 p.

Tremblay, Michel, Conversations avec un enfant curieux. Instantanés, Montréal et Arles, Leméac et Actes sud, 2016, 148 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*