À éviter, dans la mesure du possible

Le nouveau ministre de l’Éducation du Québec, Jean-François Roberge, a joué «au hockey jusqu’au niveau junior», déclare-t-il à la Presse+. Voilà probablement pourquoi il n’hésite pas à utiliser la langue de puck pour expliquer son refus de répondre à une question : «Je ne veux pas scorer dans mon but.» Il vaut mieux, en effet, éviter de faire à la place de vos adversaires ce qu’ils voudraient vous faire.

P.-S.—Cette translation de la langue du hockey vers la langue de la politique est fréquente. Pensons, par exemple, aux personnalités qui veulent «accrocher leurs patins politiques» ou à celles qui jouent «les coudes plutôt haut dans les coins de patinoire».

 

Référence

Melançon, Benoît, Langue de puck. Abécédaire du hockey, Montréal, Del Busso éditeur, 2014, 128 p. Préface de Jean Dion. Illustrations de Julien Del Busso.

 

Langue de puck. Abécédaire du hockey (Del Busso éditeur, 2014), couverture

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*