Inclinons-nous

La tour de Pise, 2022

Soit les phrases suivantes :

«Certaines lettres de plastique, sur le panneau, vibraient faiblement dans leur fente, ou se tenaient sur le cant» (Épique, p. 83).

«Cette grange-là était rendue sus le cant pas mal» (le Chemin d’en haut, p. 17).

En français populaire du Québec, ce qui est sur le cant, voire sus le cant, n’est pas droit.

Puisqu’il y a cant, il y a, évidemment, canter :

«le gros homme sous son poids faisant canter la voiture légère» (le Survenant, p. 233).

«le fardeau cantait dangereusement pendant la descente» (Je suis né en 1953…, p. 35).

«des ribambelles d’habitations qui cantent dans les trouées d’une végétation folle» (les Singes de Gandhi, p. 28).

Le dictionnaire numérique Usito définit doublement et justement canter — «Pencher, incliner» et «Être gagné par le sommeil, s’endormir» —, mais pas cant.

Dans son Petit lexique […], Ephrem, Desjardins propose la définition suivante : «Déformation de chant, dans le sens de côté le plus étroit d’une pièce d’un quelconque matériau» (p. 63). C’est probablement à ce sens que pensait Roch Carrier en 1968 :

«ils reprirent le cercueil, c’était lourd, ils l’inclinèrent, ils le placèrent presque sur le cant» (la Guerre, yes sir !, éd. de 1970, p. 45).

À votre service.

 

Illustration : La tour de Pise, 2022, photo déposée sur Wikimedia Commons

 

Références

Carrier, Roch, la Guerre, yes sir ! Roman, Montréal, Éditions du Jour, coll. «Les romanciers du Jour», R-28, 1970 (1968), 124 p. Rééditions : Montréal, Stanké, coll. «10/10», 33, 1981, 137 p.; Montréal, Stanké, 1996, 141 p.; dans Presque tout Roch Carrier, Montréal, Stanké, 1996, 431 p.; Montréal, Éditions internationales Alain Stanké, coll. «10/10», 2008, 112 p.

Chabot, J. P., le Chemin d’en haut. Roman, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 171, 2022, 224 p.

Desjardins, Ephrem, Petit lexique de mots québécois à l’usage des Français (et autres francophones d’Europe) en vacances au Québec, Montréal, Éditions Vox Populi internationales, 2002, 155 p.

Guèvremont, Germaine, le Survenant. Roman (1945), Paris, Plon, 1954, 246 p. Suivi d’un «Vocabulaire».

Lefebvre, Michel, Je suis né en 53… Je me souviens, Montréal, Hurtubise HMH, coll. «amÉrica», 2005, 132 p.

Messier, William S., Épique. Roman, Montréal, Marchand de feuilles, 2010, 273 p.

Roy, Patrick, les Singes de Gandhi, Montréal, Le Quartanier, coll. «Nova», 8, 2013, 68 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Laissez un commentaire svp