Divergences transatlantiques 014

Il est bon d’apprendre. Mieux : il est bon d’apprendre tous les jours. Comment exprimer cela entre francophones ?

À droite de l’Atlantique (si l’on peut dire) : «je viens de découvrir que je suis flexitarienne (France Culture), je me coucherai moins bête ce soir» (@eclectante).

À gauche, on se couchera moins niaiseux. C’était, par exemple, le titre d’une série documentaire à la chaîne québécoise Ztélé.

Lecteur, tu te coucheras moins bête / niaiseux.

 

[Complément du 19 septembre 2016]

L’Oreille tendue l’a déjà dit : il peut être utile ou amusant, quand on réfléchit au sens d’une expression, d’inventer son antonyme.

Le personnage principal du roman Vox populi (2016) de Patrick Nicol se livre à ce type d’exercice : «“Se coucher moins niaiseux”, Marc connaît cette expression depuis toujours, mais, ça le frappe aujourd’hui, il ne lui connaît pas de contraire. “Se lever plus cave”, par exemple, n’existe pas» (p. 28). En effet.

 

Référence

Nicol, Patrick, Vox populi, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 98, 2016, 89 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Divergences transatlantiques 014”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*