Oui 002

S’il y a mettez-en, c’est qu’il y a mets-en.

Soit la phrase suivante, tirée du journal la Presse : «Blues Gitan ? Mets-en !» (12 décembre 2003, cahier Arts et spectacles, p. 10). Traduction : oui, en plus fort.

Le même mets-en se trouve chez des écrivains contemporains.

Voir le Dégoût du bonheur (2001) de Mélika Abdelmoumen :

— Je sais. Je raisonne comme une comptable. C’est terrible.

— Mets-en ! (p. 170)

Voir aussi, plus récemment, la Ballade de Nicolas Jones (2010) de Patrick Roy :

«Mets-en», dit-il en souriant, puis il verrouille doucement (p. 87).

Avant eux, dès 1990, Réjean Ducharme, ce romancier à l’oreille si fine, connaissait-il déjà l’expression ? Il écrit :

Tout plein tout plein ? Mets-en mets-en !… (p. 87)

Ce ne serait pas étonnant. Voilà pourquoi, entre autres raisons, il faut périodiquement rouvrir les livres de Ducharme.

P.-S. — Pourquoi ce titre («Oui 002») ? C’est qu’il y eut, il y a jadis naguère, un Oui 001.

Références

Abdelmoumen, Mélika, le Dégoût du bonheur, Montréal, Point de fuite, 2001, 174 p.

Ducharme, Réjean, Dévadé, Paris et Montréal, Gallimard et Lacombe, 1990, 257 p.

Roy, Patrick, la Ballade de Nicolas Jones, Montréal, Le Quartanier, coll. «Polygraphe», 01, 2010, 220 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “Oui 002”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*