Dictionnaire des séries 31

«Dans cette chambre de hockey où l’alcool coulait autant que la sueur»
(Les Cowboys fringants,
«Titi Tancrède / Le reel d’la fesse», chanson, 2008)

 

Le plus souvent, les spectateurs ne voient les joueurs de hockey que sur la glace. Ils n’ont que rarement accès à leur vestiaire — à la chambre.

On entend parfois dire qu’un entraîneur a perdu sa chambre. Ce n’est pas bon signe : son autorité ne serait pas ce qu’elle devrait être.

Cela peut s’exprimer autrement : quand le message d’un entraîneur ne passe plus, on doit s’attendre à le voir perdre son vestiaire, si ce n’est déjà fait.

Ce que cela veut dire concrètement ? On ne le saura jamais, car ce qui se passe dans la chambre reste dans la chambre. (Équivalent dans la langue de Gary Bettman : What happens in Vegas stays in Vegas.)

Vous pouvez toutefois parier sur un congédiement de cet entraîneur. Il y a en effet de fortes chances qu’on lui montre la porte (de la chambre).

 

[Complément]

Les 57 textes du «Dictionnaire des séries» — repris et réorganisés —, auxquels s’ajoutent des inédits et quelques autres textes tirés de l’Oreille tendue, ont été rassemblés dans le livre Langue de puck. Abécédaire du hockey (Montréal, Del Busso éditeur, 2014, 128 p., illustrations de Julien Del Busso, préface de Jean Dion, 978-2-923792-42-2, 16,95 $).

En librairie le 5 mars 2014.

Langue de puck. Abécédaire du hockey (Del Busso éditeur, 2014)

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*