Les zeugmes du dimanche matin et de Daniel Grenier

Daniel Grenier, l’Année la plus longue, 2015, couverture

«Les femmes portaient des enfants, et des châles pour se protéger des vents en tourbillons» (p. 12).

«Huit cents kilomètres plus loin les attendaient les terres fertiles que le président lui-même leur avait octroyées en 1830, et qui resteraient à jamais les Territoires indiens, selon toute vraisemblance et plusieurs traités ratifiés par le Sénat et les différents membres du Congrès» (p. 15).

«Elle s’imaginait partir du Tennessee avec de l’eau et de bons souliers, partir et croiser au milieu de cet univers de couleurs automnales, après cent un jours de marche, un jeune homme avec une barbe et des projets aussi grandioses que les siens» (p. 38-39).

Daniel Grenier, l’Année la plus longue, Montréal, Le Quartanier, coll. «Polygraphe», 10, 2015, 422 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Les zeugmes du dimanche matin et de Daniel Grenier”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*