Le prendre, ou pas

Soit les trois phrases suivantes :

«Ma montre de communiante. Je ne sais plus ce que j’en ai fait. Elle a dû prendre le bord» (Fleurs de crachat, p. 84).

«Mon fantasme d’un bandeau de liberté latérale entre deux guérites prend le bord» (Montréal-Mirabel, p. 47).

«Les rêves de reconversion de l’édifice ont pris le bord comme le reste» (Montréal-Mirabel, p. 58).

Prendre le bord, donc.

Ni le Petit Robert (édition numérique de 2014) ni la Base de données lexicographiques panfrancophone ne connaissent l’expression.

Le Multidictionnaire de la langue française de Marie-Éva de Villers (cinquième édition, édition numérique) la note comme québécisme et lui donne comme synonyme «s’enfuir». Ephrem Desjardins offre «s’en aller» (p. 54) et Léandre Bergeron, «prendre le large. Quitter la région, le pays» (p. 87). Aucun de ces sens, qui tous s’appliquent à des personnes, ne peut convenir aux exemples ci-dessus.

En revanche, le Trésor des expressions populaires de Pierre DesRuisseaux propose «disparaître, se défiler, déguerpir» (éd. de 2015, p. 50) et Usito, le dictionnaire en ligne de français québécois, «s’enfuir, ficher le camp», mais aussi «se faire éloigner, être abandonné».

Prendre le bord peut être utilisé pour des personnes comme pour des choses, qui disparaissent ou dont on se débarrasse : une montre, un fantasme, des rêves.

Références

Bergeron, Léandre, Dictionnaire de la langue québécoise, Montréal, VLB éditeur, 1980, 574 p.

Desjardins, Ephrem, Petit lexique de mots québécois à l’usage des Français (et autres francophones d’Europe) en vacances au Québec, Montréal, Éditions Vox Populi internationales, 2002, 155 p.

DesRuisseaux, Pierre, Trésor des expressions populaires. Petit dictionnaire de la langue imagée dans la littérature et les écrits québécois, Montréal, Fides, coll. «Biblio • Fides», 2015 (nouvelle édition revue et augmentée), 380 p.

Huglo, Marie-Pascale, Montréal-Mirabel. Lignes de séparation, Montréal, Leméac, 2017, 152 p.

Mavrikakis, Catherine, Fleurs de crachat, Montréal, Leméac, 2005, 198 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Le prendre, ou pas”

  1. « Prendre le bord du large », terme français de marine, rapporté par Littré (sous ‘prendre’); s’éloigner de terre pour gagner la mer.

    On peut facilement imaginer une érosion de l’object indirect et un maintien de cette expression au Québec, comme beaucoup d’autres termes de marine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*