Les zeugmes du dimanche matin et de Maxime Raymond Bock

Maxime Raymond Bock, les Noyades secondaires, 2017, couverture

«Marguerite et Louise descendaient Bourbonnière à partir de Dandurand, fumant des cigarettes, leurs sacs de journaux aux épaules, les joues rosies par l’hiver et le gros gin qu’elles buvaient dans une ?asque» (p. 36).

«Or le lendemain, les enquêteurs interrogeaient son frère, ses voisins, l’amant qui avait à l’occasion partagé son lit avant son décès, et surtout son ancien amoureux, Marc Lemieux, qui avait pas mal de rancune et toujours la clé» (p. 74).

«Peut-être avait-elle en effet porté ses chemises carreautées dès ses onze ans, et sa tristesse dès la naissance» (p. 134).

«Je suis entré au Métro nous acheter à boire, mais à ma sortie il avait disparu, peut-être absorbé par la foule heureuse de l’été et des rabais, peut-être rentré chez lui, peut-être évanoui dans un repli menteur de sa mémoire. Je suis allé rejoindre Marie-France et les enfants au trampoline» (p. 162).

«Sous l’hypocrite vernis du plaisir, du soleil, des mascottes et des refrains, la soumission à des idiots d’animateurs à peine plus vieux que mon frère annihilait l’idée même du mot vacances» (p. 193).

«Puis mes collègues étaient revenus ravis, remplis d’anecdotes et du désir de nager» (p. 360).

Maxime Raymond Bock, les Noyades secondaires. Histoires, Montréal, Le Cheval d’août, 2017, 369 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*