Ceci n’est toujours pas une pipe

Jean-Philippe Baril Guérard, Royal, 2018, couverture

Au cours d’aventures antérieures, nous avons croisé deux pipes linguisticoquébécoises : mettre ça dans sa pipe et tirer la pipe.

Ajoutons aujourd’hui conter de(s) pipes.

Exemples romanesques :

«On va pas se conter de pipes : l’élite de la société, dans la tranche d’âge des dix-huit à vingt-cinq ans, ça se compte pas par centaines; il doit nécessairement y avoir de l’ivraie, ici» (Royal, p. 3).

«J’haïssais d’une haine pure leur amour des coups pendables — cacher les outils, changer les vêtements de rechange de casier, conter des pipes aux filles […]» (Ouvrir son cœur, p. 281-282).

Conter des pipes : raconter des histoires, des bobards.

À votre service.

 

Références

Baril Guérard, Jean-Philippe, Royal, Montréal, Éditions de Ta Mère, 2018 (2016), 287 p.

Morin, Alexie, Ouvrir son cœur, Montréal, Le Quartanier, coll. «Écho», 29, 2020 (2018), 343 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*