Compression de l’espace-temps

Sur les ondes du Réseau des sports, pendant la diffusion télévisée du match de hockey Montréal-Boston du 8 mars, Joël Bouchard : «Ça va se passer dans pas long.»

Pas long ? Plus bref que longtemps. Ne s’emploie qu’avec pas.

 

[Complément du 4 avril 2022]

L’Oreille tendue est prise en faute : long semble exister seul. Exemple chez Marie-Hélène Voyer, dans Mouron des champs (2022) :

vous êtes nées ici
pêle-mêle il y a long
dans le fatras de vos naissances (p. 29)

 

Référence

Voyer, Marie-Hélène, Mouron des champs suivi de Ce peu qui nous fonde, Saguenay, La Peuplade, coll. «Poésie», 2022, 196 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

One thought to “Compression de l’espace-temps”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*