Divergences transatlantiques 019

Le bricoleur — le québécois comme les autres — le sait : avant d’appliquer la peinture de finition, il faut préparer les surfaces.

En langage de chantier, au Québec, on dit un primer pour désigner la peinture à mettre avant la peinture de finition, et on prononce à l’anglaise : praïemeur. Si on veut éviter l’anglicisme, on parle d’un apprêt.

D’où l’étonnement de l’Oreille tendue devant la phrase suivante, qui se trouve dans J’ai débranché de Thierry Crouzet (2012) : «Bien sûr, c’est un primaire à l’eau» (p. 226).

Coup d’œil au Petit Robert (édition numérique de 2010), à «primaire» : «Techn. Peinture, couche primaire, appliquée sur le support nu (opposée à de finition). • N. f. Une primaire d’accrochage

Pour récapituler : primer, apprêt, primaire au masculin, primaire au féminin — pour un seul type de peinture.

Les voies du Rénovateur sont parfois impénétrables.

Référence

Crouzet, Thierry, J’ai débranché. Comment survivre sans internet après une overdose, Paris, Fayard, 2012, 306 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “Divergences transatlantiques 019”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*