Vingt et unième article d’un dictionnaire personnel de rhétorique

Prétérition

Définition

«Feindre de ne pas vouloir dire ce que néanmoins on dit très clairement, et souvent même avec force» (Gradus, éd. de 1980, p. 359).

Exemple

«Je ne sais quelle gêne m’empêche de dire que ça fait partie de notre culture, de nos valeurs (prétérition)» (Terre des cons, p. 71).

Synonyme

Prétermission

Remarque

Selon Bernard Dupriez, la prétérition est un «procédé paradoxal» : on dit tout en disant qu’on ne va pas dire (Gradus, éd. de 1980, p. 359). L’exemple de Terre des cons est paradoxal au carré : on dit (entre parenthèses) qu’on a dit tout en disant qu’on n’allait pas dire.

 

[Complément du 20 novembre 2012]

P.-S. — La mémoire est la faculté qui oublie. C’est le deuxième texte que l’Oreille tendue consacre à la prétérition.

 

[Complément du 16 octobre 2015]

Vu aujourd’hui sur Twitter :

 

[Complément du 21 mars 2017]

Le président des États-Unis, Donald Trump, est un champion de la prétérition si l’on en croit @Harpers.

Série de prétéritions de Donald Trump, dans Harpers

 

Références

Dupriez, Bernard, Gradus. Les procédés littéraires (Dictionnaire), Paris, Union générale d’éditions, coll. «10/18», 1370, 1980, 541 p.

Nicol, Patrick, Terre des cons, Montréal, La mèche, 2012, 97 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Vingt et unième article d’un dictionnaire personnel de rhétorique”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*