Il y a caler et caler

Lac Saint-Jean, 6 maI 2013Chez l’homme, telle l’Oreille tendue, la perte du cheveu, si par extraordinaire elle survient, n’est pas immédiate mais progressive. Au Québec, le (déjà) (futur) chauve commence par caler. (On notera l’emploi absolu du verbe.)

Exemple : «Dans le miroir, l’image qu’on lui renvoyait était à des lieues de ce qu’il avait connu de lui jusqu’à présent, ses traits remontés, ses cernes atténués. En se touchant le front il n’avait plus l’impression de piétiner et de caler» (Malgré tout on rit à Saint-Henri, p. 22-23).

Il peut aussi arriver à un lac de caler. On comprendra qu’il ne s’agit pas alors d’un glissement vers la calvitie. Le lac qui cale, ou est calé, n’est plus couvert de glace (à au moins 70 %). Bref, le printemps est arrivé.

Exemple saguenéen : «RT @c_gregoire: Le Lac-Saint-Jean est officiellement “calé”. Eau claire à 70 %. #rcsag» (@Hortensia68, 6 mai 2013).

Exemple poétique : «immédiateté de la perception::ce rocher n’a pas bougé depuis dix mille ans::je m’agite autour::la glace calera dans un bruit de déchirure» (@mxcote).

On ne confondra pas les deux sens.

 

[Complément du 8 août 2017]

Le 29 juillet, l’excellent Michel Francard consacrait sa chronique du quotidien le Soir (Bruxelles) au français de l’Acadie. Il écrit :

Une autre caractéristique du français acadien est la conservation de mots et d’expressions issus du vocabulaire maritime des colons, avec un sémantisme plus large que dans l’acception originelle. Tel est le cas du verbe amarrer, généralement employé avec le sens technique «fixer avec des amarres», mais qui signifie en Acadie «lier, attacher». Ou du verbe caler, issu du nom cale «espace situé entre le pont et le fond d’un navire», qui a pour signification technique «s’enfoncer dans l’eau (pour un navire)», mais connu en Acadie avec le sens «s’enfoncer dans la neige, la boue».

Ce sens de caler est aussi courant au Québec.

 

Référence

Grenier, Daniel, Malgré tout on rit à Saint-Henri. Nouvelles, Montréal, Le Quartanier, coll. «Polygraphe», 07, 2012, 253 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

7 thoughts on “Il y a caler et caler”

  1. Je comprends bien qu’il ne faut pas confondre les deux sens de caler, selon que l’on parle de cheveux ou de lac. N’empêche : la calvitie lacustre serait une jolie formule pour réconcilier les deux sens, l’espace du printemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*