Saperlipopette ?

Michel Tremblay, la Diaspora des Desrosiers, 2017, couverture

L’Oreille tendue aime beaucoup sacrer, et sacrer beaucoup. Il ne lui viendrait jamais à l’esprit d’utiliser saperlipopette. Si elle en croit Michel Tremblay, dans la Traversée du continent (2007), elle se trompe :

Ce saperlipopette-là aussi est célèbre dans la famille. Bebette n’a jamais sacré de sa vie, elle n’en a jamais eu besoin : il suffit qu’elle ouvre la bouche, qu’elle lance son tonitruant saperlipopette pour que tout s’arrête, les gens d’agir et le monde de tourner. Elle le crie avec un tel aplomb, une inflexion de la voix si intense, que jamais un sacre venu du Québec — ni tabarnac, ni câlice, ni sacrament, ni même crisse de câlice de tabarnac de sacrament — ne pourrait l’égaler. C’est un coup de tonnerre qui frappe en plein front et qui vous laisse paralysé et impuissant. Et tremblant de peur (éd. de 2017, p. 104).

Dont acte.

Référence

Tremblay, Michel, la Diaspora des Desrosiers, Montréal et Arles, Leméac et Actes sud, coll. «Thesaurus», 2017, 1393 p. Préface de Pierre Filion.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Saperlipopette ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*