Peurs québécoises

Le film de peur est un film film d’horreur : «Nous regardons un film de peur. Une jeune fille habite avec un tueur à gages. Elle prend sa douche et du sang se mêle à l’eau du jet qui s’écoule sur la porcelaine blanche» (Créatures du hasard, p. 68).

Qui part en peur, alors qu’il ne le devrait pas, se laisse emporter, exagère : «Et quand je disais qu’il nous en coûterait deux cent cinquante dollars par jour (hébergement inclus) pour subsister, je calculais trois repas par jour au restaurant, mais je me rends compte que je partais en peur» (Document 1, p. 146).

Si l’on en croit le Petit Robert (édition numérique de 2014), «Conter, raconter des peurs», c’est raconter «des histoires effrayantes, faire peur». Il n’est peut-être pas besoin d’aller jusque-là. Définition du Supplément 1981 du dictionnaire de Léandre Bergeron : «Se conter des peurs — Craindre sans raison. Imaginer des dangers inexistants» (p. 133). Chez Pierre DesRuisseaux : «Raconter des faussetés, tromper qqn, plaisanter» (p. 242). Exemple : «Ajoutons une autre notion, la notion de plaisir. Plaisir à se retrouver, à placoter, à se raconter des peurs, ça n’a jamais été un travail pénible, cette revue. Plaisir et amitié. Je pense que ça joue aussi. Comme qualité et comme considération» (Jean-Guy Pilon, «La 150e réunion», p. 35).

Pour bien souligner son étonnement devant une coïncidence, pour marquer que deux (grands) esprits se sont rencontrés, on pourra dire ça fait peur : «En même temps, Céline et Robert ont pensé inviter des éléphants au baptême; ça fait peur» (Dictionnaire québécois instantané, p. 162).

Voilà quelques peurs courantes au Québec, que ne connaissent pas tous les dictionnaires du français de référence.

P.-S.—Ce n’est pas la première fois que l’Oreille s’intéresse à partir en peur.

Références

Bergeron, Léandre, Dictionnaire de la langue québécoise précédé de la Charte de la langue québécoise. Supplément 1981, Montréal, VLB éditeur, 1981, 168 p.

Blais, François, Document 1, Québec, L’instant même, 2012, 179 p.

Carballo, Lula, Créatures du hasard. Récit, Montréal, Cheval d’août, 2018, 144 p. Ill.

«La 150e réunion. Enregistrement d’une réunion de la revue Liberté où Jacques Folch-Ribas tenta de donner une dimension d’anniversaire à des conversations libres», Liberté, 95-96 (16, 5-6), septembre-décembre 1974, p. 5-43. URL : <http://www.erudit.org/culture/liberte1026896/liberte1031149/1492ac.pdf>.

DesRuisseaux, Pierre, Trésor des expressions populaires. Petit dictionnaire de la langue imagée dans la littérature et les écrits québécois, Montréal, Fides, coll. «Biblio • Fides», 2015 (nouvelle édition revue et augmentée), 380 p.

Melançon, Benoît, en collaboration avec Pierre Popovic, Dictionnaire québécois instantané, Montréal, Fides, 2004 (deuxième édition, revue, corrigée et full upgradée), 234 p. Illustrations de Philippe Beha.

Dictionnaire québécois instantané, 2004, couverture

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*