Histoire d’oreilles

Maxime Raymond Bock, Morel, 2021, couverture

Comme toutes les variétés de langue, le français québécois a ses automatismes. Boucane appelle cochon (voir ici). Gâté fait attendre pourri (voir ).

Lisant Morel, de Maxime Raymond Bock (2021), l’Oreille tendue, toujours sensible au sort de ses consœurs, tombe sur la phrase suivante : «Quand leur père a cette voix-là, ils ont intérêt à se tenir les oreilles molles» (p. 71). Pavlovienne, elle complète : «le corps raide et les oreilles molles».

Pourquoi ? Qui se tient le corps raide pis les oreilles molles se sait surveillé; le risque est alors grand de subir une punition; il faut faire attention et ne surtout pas prêter le flanc à la critique. Prudence !

À votre service.

 

Référence

Raymond Bock, Maxime, Morel. Roman, Montréal, Le Cheval d’août, 2021, 325 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Une réponse sur “Histoire d’oreilles”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*