D’Olivier Niquet et du motté

Samuel Archibald, Quinze pour cent, 2013, couverture

Dans l’édition du 1er février de Tourniquet, son infolettre, Olivier Niquet — oui, celui-là — fait un aveu : il souhaite populariser le mot motté.

Motté ?

Nous l’avons croisé sous la plume de Samuel Archibald, en 2013, dans Quinze pour cent : les mottés (p. 43) y étaient associés à la «race désargentée et bannie» (p. 55) dont il était beaucoup question dans le livre.

Les définitions qu’a pu rassembler l’Oreille tendue vont toutes dans le même sens : il ne fait pas bon être motté.

«Personne à l’allure négligée, qui ne paie pas de mine, qui semble (ou est) droguée, qui ne paraît pas entièrement présente d’esprit»; «Synonyme : pouilleux» (Wiktionnaire);

«Selon la culture policière, se dit d’un individu aux apparences criminelles. Syn : Bum, voyou, face à menottes»; «Quelqu’un qui fait preuve de mauvais jugement, cela dû à son manque de culture, sans doute aussi d’un manque d’intelligence» (la Parlure);

«Se dit d’une personne pas très allumée, plutôt niaiseuse sur les bords» (le Journal de Québec, 16 décembre 2014);

«Imbécile. Nono» (Léandre Bergeron, 1981, p. 123).

Le motté a une existence musicale. En 2011, Turbo distorsion lance l’album King Motté. Deux ans plus tard, Bleu Jeans Bleu enregistre «Motel motté» (clip).

Il existe, à Ivry-sur-le-Lac, une baie Motté et, aux Escoumins, une anse à Motté. La Commission de toponymie du Québec ne cache pas son ignorance : «L’origine de ce nom et, le cas échéant, sa signification n’ont pu être déterminées jusqu’à maintenant.»

Quelle est l’origine du mot ? Il paraît surtout d’un emploi régional, mais les sources sont contradictoires. Le Journal de Québec l’associe à la Côte-Nord. Il aurait eu cours à Rimouski dans les années 1990. René Audet évoque la région du Granit, propose une définition — «crotté de longue date (?)» (Twitter) — et avance prudemment une étymologie — «fait référence aux mottes de bouette séchée dans le poil des pattes d’animaux ??» (Twitter) Selon Samuel Archibald, motté n’a pas «pas cours au Saguenay» : «L’expression est là pour marquer que Yawatha ramasse des mots un peu partout» (Twitter).

À votre service.

P.-S.—Vous diriez à l’Oreille qu’il y a une parenté entre le motté et le jigon qu’elle ne serait pas exagérément étonnée.

 

[Complément du 12 février 2022]

Rimouski dans les années 1990 ? Mathieu Arsenault confirme et précise : «“Motté” désignait quelque chose comme un jeune, de village souvent mais pas exclusivement, métalleux, amateur de quatre roues, de motocross, etc. L’équivalent d’un gawa au Saguenay-Lac-Saint-Jean» (Twitter).

Sur la page Facebook de l’Oreille, Gilles Desjardins renvoie au logiciel Antidote — «Se motter : [CHASSE] se cacher derrière des mottes de terre, en parlant du gibier» — et au Centre de national de ressources textuelles et lexicales. Il se pose une question tout à fait pertinente : «À rapprocher de bouseux, cul-terreux ?»

L’Oreille ne connaît rien à Rocks et belles oreilles. Elle remercie @lamymyk de lui avoir fait découvrir ceci, qui incarnerait «l’image parfaite du motté» :

 

 

Références

Archibald, Samuel, Quinze pour cent, Montréal, Le Quartanier, coll. «Nova», 1, 2013, 67 p.

Bergeron, Léandre, Dictionnaire de la langue québécoise précédé de la Charte de la langue québécoise. Supplément 1981, Montréal, VLB éditeur, 1981, 168 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur/autrice : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*