Ceci n’est pas une poupée

Marie-Hélène Voyer, Mouron des champs, 2022, couverture

À catin, dans le Petit Robert (édition numérique de 2018), on lit ceci : «(1732) RÉGION. (Normandie, Centre; Canada [critiqué]) Poupée. “leurs catins de cire avec de belles robes de bal sur le dos” (G. Roy).»

Il a beau être «critiqué», le mot se trouve donc chez Gabrielle Roy,  mais aussi chez Michael Delisle (Dée, p. 19), Samuel Archibald (Arvida, p. 77) et Maxime Raymond Bock (Morel, p. 70), pour ne prendre que ces exemples.

Dans Mouron des champs (2022), le magnifique et dur recueil de poésie que vient de faire paraître Marie-Hélène Voyer, catin apparaît trois fois (p. 68, p. 93, p. 109).

La grand-mère paternelle de l’Oreille tendue n’employait que ce mot.

P.-S.—Le mot désigne aussi, note le dictionnaire numérique Usito, un «Pansement entourant un doigt malade».

 

Références

Archibald, Samuel, Arvida. Histoires, Montréal, Le Quartanier, coll. «Polygraphe», 04, 2011, 314 p. Ill.

Delisle, Michael, Dée, Montréal, BQ, 2007 (2002), 128 p.

Raymond Bock, Maxime, Morel. Roman, Montréal, Le Cheval d’août, 2021, 325 p.

Voyer, Marie-Hélène, Mouron des champs suivi de Ce peu qui nous fonde, Saguenay, La Peuplade, coll. «Poésie», 2022, 196 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Laissez un commentaire svp