Lexique musico-sportif

[Non-amateur de sport ou de chanson, passe ton chemin.]

Exercice du jour : définir un terme du vocabulaire du hockey et l’illustrer d’un exemple tiré d’une chanson en français.

Aréna : patinoire intérieure; «Pour tous les p’tits matins passés à l’aréna d’quartier» (Vilain Pingouin, «Les Habitants (GO Habs GO !)», 2009). N.B. : le Grand dictionnaire terminologique de l’Office québécois de la langue française est formel : le mot est masculin.

Arrêt : intervention heureuse du gardien de but; «L’arrêt de Roy» (Loco Locass, «Le but», 2009).

Banc (réchauffer le ~) : quand on est joueur, être laissé de côté par son entraîneur; «Mais j’jouais pas souvent, j’réchauffais le banc» (Pierre Bertrand, «Hockey», 1978).

Bâton : outil essentiel à tous les joueurs pour tirer, passer ou arrêter la rondelle (voir ce mot), voire pour frapper les joueurs adverses; «Vous auriez dû voir les fameux coups d’bâton» (Oscar Thiffault, «Le Rocket Richard», 1955). N.B. : ne jamais dire gouret.

Blancs : sièges coûteux d’une section de l’ancien Forum de Montréal; «Pour tous ceux dans les blancs qui ont fois deux payé / Les billets travaillant deux jours pour les acheter» (Vilain Pingouin, «Les Habitants (GO Habs GO !)», 2009).

Bleu blanc rouge : surnom des Canadiens de Montréal; «Bleu, blanc, rouge», chanson de Michel Como, avec la participation de Tierry Dubé-Bédard et Éric Dubrofsky (1981).

Body check : voir mise en échec; «Des quinze mille spectateurs deboutte au moind’ body check de ta part» (Pierre Létourneau, «Maurice Richard», 1970).

Bottine (hockey ~) : hockey pratiqué en bottes («bottines»), plutôt qu’en patins; «Hockey bottine», chanson de Réal Béland (2007).

Bottine (patiner sur la ~) : patiner avec les pieds incorrectement pliés vers l’intérieur; «Patinez-vous sur la bottine / Comme madame Églantine ?» (Commission des écoles catholiques de Montréal, École Saint-François d’Assise, 4e année, «Le hockey, c’est la santé», 1979).

Bras meurtris : reprise d’un texte affiché dans le vestiaire des Canadiens de Montréal, «Nos bras meurtris vous tendent le flambeau, à vous toujours de le porter bien haut» (John McCrae, «In Flanders Field»); «Mes bras meurtris par l’usure / Combattront encore pour toi demain» (Marie-Chantal Toupin, «J’irai au sommet pour toi», 2005).

Casque : protection crânienne; «Howie ! Un vrai de vrai d’l’époque pas d’casque» (Mes Aïeux, «Le fantôme du Forum», 2008).

Cerbère : gardien de but; «S’élancer comme une flèche devant ses adversaires / Et comme toujours déjouer le cerbère» (Les Baladins, «Gordie Howe», 1960).

Chambre des joueurs : vestiaire; «Branle-bas d’combat dans la chambre des joueurs» (Mes Aïeux, «Le fantôme du Forum», 2008).

Chaudron : joueur de peu de talent; «Ça drop le puck dans l’fond pis ça joue comme des chaudrons» (Les Cowboys fringants, «Salut mon Ron», 2002).

Coins (travailler fort dans les ~) : même sur une surface sans angle droit, il est bon de ne pas ménager ses efforts dans les coins; «Mais j’travaillais fort dans les coins» (Pierre Bertrand, «Hockey», 1978).

Coup de patin (avoir un bon coup de ~) : être rapide; «J’avais pas l’meilleur coup d’patin» (Pierre Bertrand, «Hockey», 1978).

Deuxième effort : signe d’investissement maximal d’un joueur dans le match; «I reste pus beaucoup d’joueurs francophones / Qui nous donnent le deuxième effort» (Réal Béland, «Hockey bottine», 2007).

Deuxième étage : là où se prennent les décisions administratives, en souvenir du deuxième étage du Forum de Montréal; «Le deuxième étage tramait des plans» (Mes Aïeux, «Le fantôme du Forum», 2008).

Disque : rondelle; «Lafleur derrière son filet / Prend bien son temps / Cède le disque à Boucher» (Daniel Boucher, «Boules à mites», 1999). N.B. : ne jamais dire palet.

Droper la / le puck : se débarrasser de la rondelle avant d’entrer dans la zone adverse en la tirant dans le fond de celle-ci; «Ça drop le puck dans l’fond pis ça joue comme des chaudrons» (Les Cowboys fringants, «Salut mon Ron», 2002).

Finales : séries éliminatoires, séries d’après-saison; «Y a des finales jusqu’au mois d’mai» (Dominique Michel, «Hiver maudit : j’hais l’hiver», 1979).

Flambeau : reprise d’un texte affiché dans le vestiaire des Canadiens de Montréal, «Nos bras meurtris vous tendent le flambeau, à vous toujours de le porter bien haut» (John McCrae, «In Flanders Field»); «Je rejoins les fantômes / Je leur passe le flambeau» (Annakin Slayd, «La 25ième», 2009).

Forum (fantômes du ~) : esprit des anciens joueurs des Canadiens de Montréal qui aideraient ceux du présent à réussir des faits d’armes quasi surnaturels; «Avec les fantômes du Forum / On n’a pas peur de personne» (Loco Locass, «Le but», 2009).

Garnotte : tir puissant; «Howie ! Tout le monde a peur de sa méchante garnotte» (Mes Aïeux, «Le fantôme du Forum», 2008). N.B. : existe aussi pour le baseball.

Glorieux : surnom des Canadiens de Montréal; «Le blues des Glorieux», chanson de Normand Baron (2009).

Goals : filet, but; «Les goals seront bien gardés» (Denise Émond, «La chanson des étoiles du hockey», 1956).

Goon : joueur plus reconnu pour ses poings que pour ses points; «La gang de goons à Perron v’nez on vous attend» (Le Zoo, «Let’s Go Nordiques», 1987).

Habitants : surnom des Canadiens de Montréal; «Ça fait longtemps qu’on pousse les Habitants» (Annakin Slayd, «La 25ième», 2009).

Habs : surnom des Canadiens de Montréal; «Les Habitants (GO Habs GO !)», chanson de Vilain Pingouin (2009).

Hockey : le mot désigne aussi bien le sport que le bâton utilisé par les joueurs; «Ces merveilleux joueurs / Glissant sur leurs patins / Le hockey à la main» (Les jeunes du Mont Saint-Antoine, «Nos Canadiens», années 1960).

Jackstrap : coquille; «Ben j’ai des p’tits frissons quand j’pense au jackstrap de Dale Hunter» (Les Mecs comiques, «Le hockey est malade», 2001).

Ligne : trio de joueurs d’attaque; «I change ses lignes trop souvent» (Jean Lapointe, «Scotty Blues», 1976).

Ligue de garage : ligue d’amateurs, parfois vieillissants; «On a tous écrit une page / Du grand livre d’histoire / D’une ligue de garage» (Éric Lapointe, «Rocket (On est tous des Maurice Richard)», 1998).

Loge des millionnaires : par antiphrase, section de l’ancien Forum de Montréal où les billets étaient peu chers; «Dans la loge des millionnaires / Vous pourrez la voir» (Léo LeSieur, «Ah ! le hockey», 1930).

Mineures : circuit inférieur à la Ligue nationale de hockey, où celle-ci puise parfois ses joueurs; «Des mineures à la Nationale / Emmenez-en des baveux» (Éric Lapointe, «Rocket (On est tous des Maurice Richard)», 1998).

Mise au jeu : début d’une séquence de jeu, quand la rondelle est déposée sur la glace; «La terre est mise au jeu au milieu de la Voie lactée» (Diane Dufresne, «La joute des étoiles», 1973). N.B. : on voit aussi mise en jeu, mais pas dans la chanson francophone.

Mise en échec : le fait de frapper un joueur, généralement de l’équipe adverse, contre la bande; «On s’prend pour des athlètes / À grands coups de mises en échec» (Éric Lapointe, «Rocket (On est tous des Maurice Richard)», 1998). Voir body check.

Net : filet du gardien — par extension, le but; «Pis i s’en va t’la t’la crisser dans’l net» (Vincent Vallières, «1986», 2003).

Pads : jambières; «J’étais l’plus p’tit d’la gang mais quand j’avais mes gants / Mes pads, mes épaulettes, j’étais deux fois plus gros» (Sylvain Lelièvre, «La partie de hockey», 1971).

Palette (sur la ~) : passe bien réussie; «Osti qu’c’est beau passe su’a palette» (Les Dales Hawerchuk, «Dale Hawerchuk», 2005).

Patins (accrocher ses ~) : prendre sa retraite; «J’ai débarqué, j’les ai accrochés» (Pierre Bertrand, «Hockey», 1978).

Playoffs : séries éliminatoires, séries d’après-saison; «En fin d’saison c’est l’désespoir / Pour éviter la catastrophe pis faire les playoffs» (Alain-François, «C’est pour quand la coupe Stanley ?», 2007).

Puck : rondelle. «Passe-moé la puck», chanson des Colocs (1993). N.B. : toujours au féminin, malgré des rumeurs en sens contraire; ne jamais dire palet.

Puck (manger la ~) : conserver la rondelle alors qu’on devrait la passer à un coéquipier; «Serguei, c’t’un gars d’la Russie / Qui passe son temps sur la galerie / Qui mange la puck, qui vire en rond» (Alain-François, «C’est pour quand la coupe Stanley ?», 2007).

Puck (la ~ roule / ne roule pas pour quelqu’un) : qui a la puck qui roule pour lui est favorisé du sort; qui ne l’a pas s’en plaint; «Quand la puck roulait pour nous autres» (Mes Aïeux, «Le fantôme du Forum», 2008).

Rondelle : objet de toutes les convoitises, qu’il faut faire pénétrer dans le filet de l’adversaire; «La p’tite rondelle noire est une étoile filante» (Robert Charlebois, «Champion», 1987). Voir disque et puck. N.B. : ne jamais dire palet.

Sainte flanelle : surnom des Canadiens de Montréal; «Mais le tissu social de Montréal / C’est de la sainte flanelle» (Loco Locass, «Le but», 2009).

Slap shot : tir frappé; «On entendait les slap shots su’é portes de garages» (Les Cowboys fringants, «Banlieue», 1998).

Scorer : marquer un but; «Y’a qu’à sauter sur la glace / Et pis scorer cinq aut’points» (Jeanne d’Arc Charlebois, «Maurice Richard», 1951).

Taper : recouvrir des parties de son bâton de ruban gommé; se prononce téper; «Les bâtons ben tépés quat’ briques pour faire les buts» (Sylvain Lelièvre, «La partie de hockey», 1971).

Tour du chapeau : le fait de marquer trois buts dans un même match; «En troisième Maurice Richard / A fait le tour du chapeau» (Georges Langford, «L’hiver en personne», 2003).

Tricolores : surnom des Canadiens de Montréal; «Ils sont en or, ils sont en or / Nos Canadiens, les tricolores» (Oscar Thiffault, «Ils sont en or», 1957).

Tricoter : contrôler habilement la rondelle, en mouvement; «On a saisi la rondelle / Tricotant tous deux / Comme de vrais professionnels / On se dirigeait vers les buts adversaires» (Les Jérolas, «Le sport», 1967).

Trois étoiles : sélection des trois meilleurs joueurs du match, d’abord proposée par des journalistes, puis par le public; «La première étoile, the first star : Gaston Gingras» (Les Mecs comiques, «Le hockey est malade», 2001).

Veuve du hockey : compagne délaissée par l’amateur de hockey, voire par un joueur; «T’allais dev’nir veuve du hockey» (Pierre Bertrand, «Hockey», 1978).

Zamboni : surfaceuse; «La glace est grafignée / Quand il se met à rouler / Les traces sont effacées / Mon père, il conduit une Zamboni» (Les Petites Tounes, «La surfaceuse», 2006).

 

N.B. Que les compositeurs se le disent : plusieurs mots et expressions manquent d’illustration(s) en chanson. Liste non exhaustive : biscuit (pièce de l’équipement du gardien); couper son banc (mettre des joueurs de côté pendant un match); donner son 110 % (fournir tous les efforts attendus, et même plus); perdre son vestiaire (ne plus avoir l’appui de ses joueurs); périple (voyage destiné à jouer des matchs chez les adversaires); plombier (joueur dont le talent est limité, mais pas les efforts); sentir la coupe (croire que son équipe peut remporter la coupe Stanley).

 

N.B., bis : pour une liste de chansons en français sur le hockey (format PDF), il suffit de cliquer ici (version du 13 mars 2017).

 

[Complément du 22 août 2013]

L’Oreille tendue a publié un article sur ce sujet :

Melançon, Benoît, «Chanter les Canadiens de Montréal», dans Jean-François Diana (édit.), Spectacles sportifs, dispositifs d’écriture, Nancy, Questions de communication, série «Actes», 19, 2013, p. 81-92.

 

[Complément du 12 juin 2014]

Amy J. Ransom vient de faire paraître un livre sur le hockey et la culture populaire au Québec. Le dernier chapitre est consacré à la musique.

Ransom, Amy J., «Rock and Roll, Skate and Slide : Hockey Music as an Expression of National Identity in Quebec», dans Hockey, P.Q. Canada’s Game in Quebec’s Popular Culture, Toronto, University of Toronto Press, 2014, p. 158-188.

 

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

25 thoughts on “Lexique musico-sportif”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*