Histoires de marde

Commençons par ce tweet de @machinaecrire.

Tweet de @machinaecrire, 25 juin 2017

Enchaînons avec deux lectures récentes de l’Oreille tendue.

La première est celle du roman Autour d’elle (un autre livre sur l’adoption) de Sophie Bienvenu. On y trouve un «petit frère qui fait de la marde» (p. 16). On y sacre : «Ostie de câlisse de sacrament de vie de marde» (p. 62). Le syntagme de marde est présent plusieurs fois : «Tu voulais pas t’attacher, parce que c’est trop dangereux, à cause de ta famille de marde» (p. 91); «C’est encore un plan de marde dont j’ai le secret» (p. 149); «Ce n’était qu’une pensée fugace comme j’en ai beaucoup d’autres, un autre plan de marde mort dans le cocon» (p. 157); «Elle sait que si elle prend la main qui se tend vers elle, elle sera aspirée dans un vortex intersidéral de marde» (p. 204). Notons encore cette interrogation : «Ostie de guerrière à marde, tu continues à te battre contre qui ?» (p. 91)

La seconde lecture est celle du recueil de poésie Arroser l’asphalte de Philippe Chagnon (voir ici). Citons trois vers : «illusion de marde bien sûr» (p. 21); «les drosophiles ne se prennent pas pour de la marde» (p. 28); «sinon dans la marde jusqu’au cou» (p. 68).

Terminons avec cette diapositive, tirée d’une conférence que donnait l’Oreille devant des professeurs de cégep il y a six semaines.

Benoît Melançon, diapositive PowerPoint, 6 juin 2017

De quoi s’agit-il ? D’un passage où l’Oreille soulignait, Canadian French for Better Travel à l’appui, la polysémie du mot marde, mais où elle déplorait aussi son utilisation de plus en plus fréquente, notamment sur les ondes de la radio d’État, Radio-Canada, comme si ce mot pouvait désormais faire partie du registre relevé.

Oui, @machinaecrire a raison : la banalisation de (de) marde est chose faite.

Non, ce n’est pas la première fois qu’il est question de marde en ces lieux.

Références

Bienvenu, Sophie, Autour d’elle, Montréal, Le Cheval d’août, 2016, 206 p.

Chagnon, Philippe, Arroser l’asphalte, Montréal, Del Busso éditeur, 2017, 91 p.

Corbeil, Pierre, Canadian French for Better Travel, Montréal, Ulysse, 2011 (3e édition), 186 p. Ill.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*