Le zeugme du dimanche matin

Chantal Thomas, le Testament d’Olympe, 2010, couverture«À chaque fois que j’y pensais, je remerciais Dieu et mon ange gardien d’être vivante et baptisée, et d’être capable de marcher des lieues sans avoir trop mal aux pieds.»

Chantal Thomas, le Testament d’Olympe, Paris, Seuil, coll. «Fiction & cie», 2010, 302 p., p. 12-13.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*