Le zeugme du dimanche matin et de Louvet

Jean-Baptiste Louvet de Couvray, les Amours du chevalier de Faublas, éd. de 1996, couverture«Touché de mon attention, le baron se remit au jeu d’un air satisfait : l’étourdie comtesse perdit bientôt ses avantages et la partie.»

Jean-Baptiste Louvet de Couvray, les Amours du chevalier de Faublas, édition présentée, établie et annotée par Michel Delon, Paris, Gallimard, coll. «Folio classique», 2829, 1996, 1172 p., p. 635.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*