Enquête : l’est-ce ?

Donc ce tweet de François Bon. Il y épingle trois tics linguistiques de notre époque. Deux ont déjà été abordés ici : au final et genre. On les trouverait en France comme au Québec. Mais le troisième (grave) ?

Son emploi adverbial est avéré dans l’Hexagone depuis au moins vingt ans. Sylvie Brunet le recensait dès 1996 dans son excellent livre les Mots de la fin du siècle (p. 40). Exemple chez Claire Legendre dans Viande en 1999 : «Je ne rase plus mes poils qui ont poussé grave avec la testostérone» (p. 172).

Mais au Québec ? L’enquête est ouverte : l’emploi adverbial de grave l’est-il en nos terres ? (L’Oreille tendue a elle-même utilisé le mot ici, mais ça compte à peine.)

P.-S. — L’adjectif grave, au Québec, peut désigner une personne. Voici ce qu’en co-écrivait l’Oreille en 2004 dans le Dictionnaire québécois instantané : «Caractéristique surtout masculine. Un gars grave est parfois un gars différent, voire spécial; c’est toujours un gars pas comme les autres par excès. Voir malade. / Était beaucoup utilisé dans les années soixante-dix; devrait donc revenir à la mode» (p. 112).

Références

Brunet, Sylvie, les Mots de la fin du siècle, Paris, Belin, coll. «Le français retrouvé», 29, 1996, 254 p.

Legendre, Claire, Viande, Paris, Grasset, 1999, 187 p.

Melançon, Benoît, en collaboration avec Pierre Popovic, Dictionnaire québécois instantané, Montréal, Fides, 2004 (deuxième édition, revue, corrigée et full upgradée), 234 p. Illustrations de Philippe Beha.

Dictionnaire québécois instantanté, 2004, couverture

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*