Les zeugmes du dimanche matin et d’Antoine Hamilton

Antoine Hamilton, les Quatre Facardins, éd. de 2001, couverture

«On l’a donc délivrée sur-le-champ, et de la fosse, et de toutes ses appréhensions; le peuple l’est allé conduire chez ses parents, et tandis qu’on met le premier appareil à son œil, je viens ici vous conjurer de vous sauver, et de vous éloigner d’un pays où les montagnes sont pleines d’enchantements, les îles de lions, et le continent de coqs et d’habitants qui ne valent guère mieux» (p. 67).

«ce fut dans une de ces humiliations que je coupai la tête au maudit grand prêtre, sans respecter ni sa longue barbe, ni son caractère» (p. 123).

Antoine Hamilton, les Quatre Facardins, texte de 1730, édition présentée, établie et annotée par Georges May, Paris, Desjonquères, coll. «XVIIIe siècle», 2001, 155 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*