Le zeugme du dimanche matin et de Diderot

Denis Diderot, Jacques le fataliste, éd. de 2000, couverture«C’était une espèce de nain, bossu, crochu, bègue, borgne, jaloux, paillard, amoureux et peut-être aimé de Suzon.»

Denis Diderot, Jacques le fataliste, édition établie par Pierre Chartier, Paris, Le livre de poche, 2000, 414 p., p. 280.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Le zeugme du dimanche matin et de Diderot”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*