Dictionnaire des séries 24

«C’est pas l’armée ni les pompiers ni la police
Qui m’empêcheront de voir Maurice»
Denise Filiatrault, «Rocket Rock and Roll», chanson, 1957

 

Les hommes de hockey n’ont probablement pas, du moins pour la majorité d’entre eux, lu l’Art de la guerre. Pourtant, le vocabulaire militaire leur vient naturellement.

Au football, on lance et on attrape, quand on ne les cueille pas, des passes et des bombes. Au hockey, les tirs des joueurs sont des boulets.

Duplessis admire le Rocket et envie un peu sa popularité. Il va le voir jouer le plus souvent possible. Il l’a invité quelques fois. Il lui a écrit des notes personnelles pour le féliciter de certains succès. […] Duplessis lance des mots qui pénètrent dans les consciences comme un boulet du Rocket dans le filet (le Rocket, p. 155).

Quand, à la suite d’une attaque en zone adverse, les joueurs reviennent dans leur propre territoire, on parle de repli défensif : il s’agit de résister à la contre-attaque de l’autre équipe. Les défenseurs sont d’ailleurs regroupés dans la brigade défensive, elle-même dirigée par un général à la ligne bleue.

Les compteurs sont des francs-tireurs, qui n’hésitent pas à armer un tir. Ils sont particulièrement utiles quand, pour départager deux équipes, on doit se rendre en fusillade. S’ils sont blessés, il leur faut retraiter au vestiaire.

Pendant qu’son corps partait au cimetière
Pour le grand repos éternel
Son âme retraitait au vestiaire
Pour enfiler la Sainte-Flanelle
(Mes Aïeux, «Le fantôme du Forum», chanson, 2008)

Du temps où ils jouaient au Forum de Montréal, les porte-étendards des Canadiens pouvaient lire une exhortation du militaire John McCrae dans «In Flanders Field» apparue sur les murs du vestiaire au mitan du XXe siècle : «Nos bras meurtris vous tendent le flambeau, à vous toujours de le porter bien haut» («To you from failing hands we throw / The torch; be yours to hold it high»). Cette citation, en français d’un côté, en anglais de l’autre, orne encore aujourd’hui les murs du vestiaire de l’équipe locale au Centre Bell, l’ex-Centre Molson, et ceux de son centre d’entraînement à Brossard; on peut la voir ici.

Pour prévoir les stratégies à utiliser contre une équipe qu’on va bientôt rencontrer, il est normal d’envoyer un éclaireur l’épier.

À défaut de pouvoir protéger une position, il importe de savoir protéger une avance.

Le sport a une longue et vivace tradition guerrière.

P.-S. — Le 2 février 2011, l’Oreille tendue avait un long texte sur les bras meurtris et le flambeau qu’ils portent.

 

[Complément]

Les 57 textes du «Dictionnaire des séries» — repris et réorganisés —, auxquels s’ajoutent des inédits et quelques autres textes tirés de l’Oreille tendue, ont été rassemblés dans le livre Langue de puck. Abécédaire du hockey (Montréal, Del Busso éditeur, 2014, 128 p., illustrations de Julien Del Busso, préface de Jean Dion, 978-2-923792-42-2, 16,95 $).

En librairie le 5 mars 2014.

Langue de puck. Abécédaire du hockey (Del Busso éditeur, 2014)

 

Référence

Carrier, Roch, le Rocket, Montréal, Stanké, 2000, 271 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

3 thoughts on “Dictionnaire des séries 24”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*