Tontir une deuxième fois ?

Soit la phrase suivante, tirée de La raison vient à Carolus de David Turgeon (2013) :

«Je me souviens, et je ne peux l’affirmer avec certitude mais c’est ce qui ferait la meilleure histoire, que Carolus un jour retontit dans notre cul-de-sac […]» (p. 14).

Retontir, donc.

En 2008, deux auditeurs de la radio de Radio-Canada avaient proposé ce verbe dans le cadre du concours «J’ajoute un québécisme au dictionnaire».

Son sens ? Arriver, souvent à l’improviste.

P.-S. — Existe en version archaïque : ressoudre, à prononcer erssoudr’.

Référence

Turgeon, David, La raison vient à Carolus, Montréal, Le Quartanier, coll. «Nova», 9, 2013, 58 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

3 thoughts on “Tontir une deuxième fois ?”

  1. Ressoudre ou ressourdre (sourdre à nouveau)? Ducharme écrit ressourdre :

    « J’ai ouvert la porte; je l’ai vue ressourdre. Je ne lui ai pas paru assez surpris de la voir ressourdre.
    — Tu n’as pas l’air surpris de me voir ressourdre, a-t-elle murmuré, le dos rond, les bras tombés du corps, la tête basse, les cheveux pleins de vent, les yeux cernés, le nez morveux et la bouche noire. »

    Réjean Ducharme, Le nez qui voque, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1967, p. 209.

    1. La filiation sourdre / ressourdre paraît juste aux yeux de l’Oreille — merci —, d’autant que les sens de sourdre — «Sortir de la terre avec une faible puissance», «Naître, surgir» (le Petit Robert, édition numérique de 2014) — rejoignent celui de ressourdre.

      Cela étant, sourdre n’a pas de participe, alors que ressoudre en a un, ressous (Léandre Bergeron, Dictionnaire de la langue québécoise, Montréal, VLB éditeur, 1980, 574 p., p. 425). L’Oreille se souvient l’avoir entendu dans la bouche de sa grand-mère.

      Rien pour simplifier la vie à @david_turgeon, qui écrivait hier sur Twitter de ressoudre que «ça ferait de jolis imparfaits du subjonctif».

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*