M & M

La revue de théâtre Jeu consacre le dossier de son plus récent numéro à un thème inattendu : «Le théâtre m’ennuie.» (L’Oreille tendue y collabore, mais c’est une autre histoire.)

Jean-François Chassay y signe un texte, «Défection», sur les raisons pour lesquelles il fréquente maintenant si peu, lui qui les a beaucoup courus, les théâtres montréalais. Réfléchissant plus largement à la culture québécoise, il a ces mots :

Lors des années 70, une bande d’épais incultes cherchaient à convaincre le chaland que le patois québécois était une langue, beaucoup plus dynamique que le français de l’Hexagone, qu’on ramenait à l’étroitesse d’esprit de l’Académie française. Nous disions «marde» alors qu’eux ne disaient que «merde». Quelle richesse que la nôtre (p. 91).

L’ironie fait mouche. On aurait cependant tort de penser que cette remarque n’a de valeur qu’historique. Le mot marde fait encore partie du paysage linguistique québécois.

On l’a entendu dans le Bye Bye 2011, la lamentable revue télévisuelle de fin d’année que vient de diffuser la société Radio-Canada.

Le mot est fréquent sous la plume de la juvénile narratrice du roman Et au pire, on se mariera de Sophie Bienvenu (2011). Il est employé comme substantif («toute cette marde qui est arrivée après», p. 15), avec ou sans article («treize ans de marde », p. 121). Il y a des cas où la forme merde est préférée («sa guitare de merde», p. 56; «une idée de merde», p. 63); ça se défend. Un passage est même fondé sur l’alternance :

Merde, ça me donne des frissons rien que d’y penser. C’est mal, Aïcha. J’ai plus que deux fois ton âge ! Ça me mettrait dans marde, ça te fuckerait la tête… pis ma tête avec. T’as déjà réfléchi à ça ? Merde ! (p. 60)

Ça se défend tout autant.

Le mot est couramment employé, mais il peut néanmoins marquer la rareté (rare comme de la marde de pape). Qui est fou comme d’la marde ne se contient plus, alors que qui touche le bout d’la marde est découragé ou a atteint ses limites. Avec marde, on peut aussi jurer (Maudite marde), se plaindre (C’est d’la (grosse) marde, Ça ne vaut pas d’la marde), vitupérer quelqu’un (Je lui ai donné d’la marde) et mettre fin à une hésitation (D’la marde; j’y vas). Mange de la marde est une expression bien commune, mais qu’il n’est pas bon d’utiliser n’importe où : une des vedettes du palais de justice de Montréal (et du petit écran), Anne-France Goldwater, a été convoquée en novembre 2011 par le Conseil de discipline du Barreau du Québec, un de ses collègues lui reprochant d’avoir utilisé l’expression en Cour supérieure. (Me Goldwater est anglophone : elle aurait dit «mange la marde».) Marde a une riche descendance, de mardeux (être peureux; être chanceux), qui est usuel, à démarder, qui est rare (le Devoir, 11 mars 2010, p. A1).

La marde serait souvent transportée dans un char, d’où char de marde, parfois ramené à sa plus simple expression : «la législature du Massachusetts lui avait répondu de manger un char» (le Devoir, 27-28 mai 2000); «j’eusse aimé que Salé et Pelletier […] enjoignissent messieurs dames les bonzes de l’International Skating Union de manger un char» (le Devoir, 13 février 2002). Manger un steamer de marde est un équivalent idiosyncrasique et très expressif de cette locution figée (si l’on peut dire). On voit aussi, dans certaines familles, manger un steamer de marde avec une braoule en fer blanc pour pas qu’ça rouille. Cela a l’avantage de la taille (on imagine le steamer plus logeable que le char) et de la couleur locale (ainsi que le rappelait Léandre Bergeron en 1980, la braoule est une «pelle à fumier» [p. 96]).

Non moins poétiquement, Hervé Bouchard, dans son Mailloux (2002), a une fort jolie allitération jouant des variétés régionales du français : «tas de merde, t’es de marde» (p. 60).

L’utilisation la plus troublante du mot marde est cependant celle-ci.

Ça ne s’invente pas.

Références

Bergeron, Léandre, Dictionnaire de la langue québécoise, Montréal, VLB éditeur, 1980, 574 p.

Bienvenu, Sophie, Et au pire, on se mariera, Montréal, La mèche, 2011, 151 p.

Chassay, Jean-François, «Défection», Jeu. Revue de théâtre, 141, 4e trimestre 2011, p. 88-91. URL : <http://erudit.org/culture/jeu1060667/jeu1828330/65625ac.pdf>.

Mailloux, histoires de novembre et de juin racontées par Hervé Bouchard citoyen de Jonquière, Montréal, L’effet pourpre, 2002, 190 p.

Melançon, Benoît, «Les effets surprenants de l’ennui», Jeu. Revue de théâtre, 141, 4e trimestre 2011, p. 38-41. URL : <http://erudit.org/culture/jeu1060667/jeu1828330/65615ac.pdf>.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

18 thoughts on “M & M”

  1. Je peux me tromper et ne souhaite …emmmerder personne :), mais le terme de marde me semble une qualification plus « grasse », pesant de tout son poids, par rapport à celle de merde, plus légère…? My 2 cents.

  2. Je suis arrivé à cet article par hasard et je ne connais pas cette publication, expliquant peut-être mon « incompréhension » de sa raison d’être. Peut-être que mon insomnie de la nuit dernière me rend susceptible. Toutefois, j’ai l’impression que l’on utilise cette publication qui devait renseigner le lecteur sur le sens et l’utilisation du mot marde pour en faire un éditorial sur la qualité de la langue au Québec. Effectivement, il y a beaucoup de lacunes au niveau de l’UTILISATION du vocabulaire par les Québécois. C’est indéniable. Toutefois, une publication de ce type doit justement être plus nuancée. Jean-François Chassay s’il ne coure plus les théâtres montréalais, c’est probablement plutôt en raison de son âge et de son étroitesse d’esprit qu’en raison de la langue qui y est utilisée. Il est vrai que les « nouveaux » auteurs utilisent plus fréquemment le langage joual dans leurs romans et pièces afin de les rendre vivants et réalistes pour leurs auditeurs. Le Québec parle joual, quelques-uns perlent français et une infime minorité parle le français international. Il y a eu une époque ou effectivement les Québécois ont tenté de valoriser le joual au moment ou il y avait une quête identitaire importante que peu de personnes étrangères peuvent comprendre (sauf certaines minorités). Cette quête identitaire se reflétait dans la littérature, la poésie, la musique, etc.. Avant les années 70, la population parlait joual et le théatre utilisait la langue française la plus pure, utilisée par l’infime minorité. Comment l’immense majorité aurait-elle pu s’identifier aux personnages qui parlait comme l’infime minorité?

    La lecture de cet article m’a mené à lire celui traitant de François Legault et de son niveau de langue et celui de Rambo Gauthier. Je ne suis ni fan du premier ni du second. Toutefois, en ce qui à trait à la compréhension des subtilités de la langue française, Legault les comprend très certainement mais ne les parlent pas. Ce n’est pas la compréhension mais l’utilisation. Nuance importante.

    Moi-même, avocat et historien, grand lecteur et grand voyageur, ne suis certainement pas inculte, mais parle joual. Je puis vous assurer que je comprends toutes les nuances de la langue! Espérons que j’ai aussi comrpis les nuances de l’article et non simplement voulu brasser de la marde!

  3. je crois qu’il manque l’expression : avoir la marde collée aux fesses (ou au cul). Ou tout simplement « avoir la marde au cul » ce qui signifie être chanceux ou chanceuse .

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*