Sainte flanelle : récit d’origine

La flanelle de la sainte flanelle

«Mais le tissu social de Montréal
C’est de la sainte flanelle»
(Loco Locass, «Le but», chanson, 2009)

 

 

Comment désigner les Canadiens de Montréal — c’est du hockey ?

Dans son Langue de puck. Abécédaire du hockey (2014, p. 85-86), l’Oreille tendue rappelait l’existence des possibilités suivantes : le Canadien de Montréal, le CH (comme sur l’écusson du Club de hockey Canadien), les Habitants, les Habs, le Bleu blanc rouge, le Tricolore, les Glorieux, les Flying Frenchmen, voire l’Organisation. Et il y a la sainte flanelle.

Exemples :

«La Sainte Flanelle, une entreprise qui éprouve des problèmes de productivité» (le Devoir, 11 avril 2012).

«Les habitants se contaient des histoires et chantaient des chansons pour ne pas se décourager et geler tout rond; ils faisaient brûler des lampions en invoquant et en priant sainte flanelle, patronne tricolore des pures laines et des tricotés serré, pour qu’elle les réchauffe et allume leurs lanternes» (Jocelyn Bérubé, 2003, p. 30).

«Pendant qu’son corps partait au cimetière
Pour le grand repos éternel
Son âme retraitait au vestiaire
Pour enfiler la Sainte-Flanelle»
(Mes Aïeux, «Le fantôme du Forum», chanson, 2008)

«Jeu-questionnaire. Connaissez-vous votre flanelle ?» (la Presse+, 26 décembre 2015)

On voit plusieurs graphies de cette expression : sainte flanelle, Sainte Flanelle, Sainte flanelle, Sainte-flanelle, Sainte-Flanelle, flanelle et Flanelle. Ça fait désordre. Suivons Annie Bourret qui, dans Pour l’amour du français (1999, p. 143), recommande la graphie sainte flanelle.

Mais depuis quand parle-t-on de sainte flanelle pour désigner l’équipe montréalaise ? La récente mise en ligne, par Bibliothèque et Archives nationales du Québec, des archives du journal la Presse (1920-2013) permet d’offrir une première proposition de datation. Le 7 novembre 1975 (cahier Sports, p. B2), le journaliste Réjean Tremblay parle de «sainte flanelle rouge». Ce semble être la première attestation écrite. Un lieu commun était né.

Références

Bérubé, Jocelyn, Portraits en blues de travail, Montréal, Planète rebelle, coll. «Paroles», 2003, 94 p. Ill. Préface de Jean-Marc Massie. Accompagné d’un cédérom.

Bourret, Annie, Pour l’amour du français, Montréal, Leméac, 1999, 199 p.

Melançon, Benoît, Langue de puck. Abécédaire du hockey, Montréal, Del Busso éditeur, 2014, 128 p. Préface de Jean Dion. Illustrations de Julien Del Busso.

Langue de puck. Abécédaire du hockey (Del Busso éditeur, 2014), couverture

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*