S’ennuyer depuis le XVIIIe siècle

Il y a des mots qu’on entend partout au Québec.

Ils sont sur Twitter.

Employée#1: Tu cherches toujours un appart? Employée#2: Oui et tannée des annonces qui repoussent les limites du Plateau au métro Frontenac (@AscenseurRC).

Tannée d’entendre la métaphore de «montée de lait» pour parler d’une colère légitime. Ça renforce l’idée d’une «hystérie» «féminine» (@MAcasselot).

Les poètes l’emploient, par exemple Patrice Desbiens en 1995.

William Carlos
Williams
viens chercher

ta brouette
rouge

On est
tannés
de s’enfarger
dedans

câlisse

Les nouvellistes aussi. C’est le cas de Gilles Marcotte, quand il cite le texte, signé Claude Péloquin, qui accompagne une murale du sculpteur Jordi Bonet au Grand Théâtre de Québec.

«Vous êtes pas tannés de mourir, bande de caves !…» C’est du québécois, ça : le verbe «tanner» se trouve chez Flaubert mais quant au mot «caves», seule une illumination divine […] pourrait vous éclairer. Je vous fais grâce des considérations de notre poète Pélo sur cette phrase. Il n’a jamais très bien compris ce qu’il écrivait (1989, p. 133).

(En fait, le narrateur de Marcotte se trompe de participe passé. Le texte de Péloquin, visible ici, est «Vous êtes pas écœurés de mourir bande de caves !».)

Réal Béland chante le même mot dans «Hockey bottine» en 2007 : «Pis si t’es tanné des caprices d’Ovechkin.»

Être tanné, donc, qui signifie en avoir marre.

Le mot est-il récent ? Que nenni (traduction du cru : point pantoute). Il est donné comme synonyme d’ennuyé dans un témoignage de 1755 recueilli par Jean-Baptiste d’Aleyrac dans ses Aventures militaires au XVIIIe siècle (ouvrage publié par Charles Coste, Paris, Éditions Berger-Levrault, 1935, p. 31, cité par Marie-France Caron-Leclerc, «Les témoignages anciens sur le français du Canada (du XVIIe au XIXe siècle)», Sainte-Foy [Québec], Université Laval, thèse de doctorat, 1998, p. 62-63, cité par Chantal Bouchard, 2012, p. 78).

On est tanné depuis longtemps dans la Belle Province.

Références

Réal Béland, «Hockey bottine», Réal Béland Live in Pologne, disque audionumérique, 2007, étiquette Christal Musik CMCD9954.

Bouchard, Chantal, Méchante langue. La légitimité linguistique du français parlé au Québec, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. «Nouvelles études québécoises», 2012, 178 p.

Desbiens, Patrice, «WCW», dans Un pépin de pomme sur un poêle à bois, Sudbury, Prise de Parole, 1995, p. 69.

Marcotte, Gilles, la Vie réelle, Montréal, Boréal, 1989, 235 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

5 thoughts on “S’ennuyer depuis le XVIIIe siècle”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*