Crissement riche

Un ministre (très) provincial permet à l’Oreille tendue de revenir sur un juron bien québécois : crisse ou, mieux, criss. Norman MacMillan, pas plus tard que jeudi dernier, le 22 septembre, a traité une collègue de l’opposition, Sylvie Roy, en pleine chambre des députés, de «grosse crisse» (le Devoir, 24-25 septembre 2011, p. A4). «Crisse», donc.

Son origine religieuse («Christ») est transparente, comme c’est le cas de beaucoup de jurons autochtones : tabarnak, câlice, ostie, sacrament, ciboère, etc. Ses emplois sont nombreux.

«Criss» est tout bonnement une interjection, comme «zut» ou «merde», encore que beaucoup plus satisfaisante que celles-là. C’est ce qu’a bien vu François Blais dans un passage de son roman Vie d’Anne-Sophie Bonenfant (2009) : «Criss de tabarnak d’hostie de calice de ciboire d’étole de viarge, oussé kié le sacramant de calice de morceau de casse-tête du tabarnak !» (p. 124). Un autre exemple, plus récent ? Sur Twitter, hier soir, s’agissant d’une communicatrice québécoise en vue, Catherine Voyer-Léger écrivait :«Criss qu’elle est dramatico-tragédienne…» On remarquera au passage que «criss» se construit aussi bien avec «de» qu’avec «que».

Le mot peut devenir un verbe. Le cowboy de «Saskatchewan», une chanson des Trois accords (2003), se désole que sa femme l’ait «crissé là / Pour un gars d’Regina». Cet usage est particulièrement attesté dans le domaine sportif : «Pis i s’en va t’la t’la crisser dans’l net» (Vincent Vallières, «1986», 2003). Dans les deux cas, il faut se débarrasser de quelque chose (un mari, la rondelle), non sans violence.

Il entre dans la composition d’un adverbe, comme l’a noté Simon Boudreault dans la pièce Sauce brune (2010) : «Y aiment crissement ça, tabarnak. Si j’fais pas ça, stie d’tabarnak, quessé m’as faire, crisse ? C’est mon ostie d’job d’être la tabarnaque de chef-cook, câlisse. On sert à d’quoi, icitte, crisse de tabarnak. On pourrait pas m’laisser tranquille une crisse de fois d’estie d’tabarnak ? Ça s’pourrait tu ça, câlisse de crisse ?» (p. 81). Ô bonheur de la concaténation !

L’exemple (à ne pas suivre en toutes circonstances) de l’Assemblée nationale le disait déjà : «criss» est aussi un substantif épicène. Norman MacMillan parlait d’une «grosse crisse»; le tandem Jacamon-Matz, dans la bande dessinée le Tueur (2010), évoquait plutôt «les ‘tits criss» (p. 39). Vous êtes «en criss» ? C’est que vous êtes «en colère».

Lancer à quelqu’un «Mon criss» peut être le signe d’une mésentente profonde (pour le dire poliment). Étrangement, cette expression peut aussi avoir valeur d’hypocoristique («Qui exprime une intention affectueuse, caressante», explique le Petit Robert, édition numérique de 2010). Il est vrai que, dans ce cas, on entendra plus volontiers quelque chose comme «Mon p’tit criss» ou «Ma p’tite criss».

«Criss» et ses dérivés, c’est bien. En construction complexe, ce n’est pas plus mal. Si «s’en contre-crisser» est attesté, «décrisser», lui, est banal. On le lit par exemple dans «A», un poème du recueil comment serrer la main de ce mort-là (2007) de François Hébert (p. 60) :

come on dégrise ou ben décrisse pour l’amour

qu’a te disait

Desbiens

Patrice

dans un alexandrin gagné au Super 7

Il ne faudrait pas se priver de pareille richesse lexicale, tout en choisissant avec soin où et dans quel contexte utiliser ce mot.

P.S.—Ce n’est pas la première fois que l’Oreille tendue se penche sur ce juron, auquel elle avoue pourtant préférer «tabarnak» (tous les goûts sont dans la nature) : voir, par exemple, ici ou .

[Complément du 22 mars 2012]

Beaucoup d’étudiants québécois sont actuellement en grève contre une augmentation annoncée des droits de scolarité à l’université. Cette semaine, ils ont inscrit leur mécontentement sur la façade d’un édifice gouvernemental.

Leur utilisation de «crisser» ne pose aucun problème. L’absence de l’adverbe de négation dans «on en a rien», elle, si.

Références

Blais, François, Vie d’Anne-Sophie Bonenfant, Québec, L’instant même, 2009, 241 p.

Boudreault, Simon, Sauce brune, Montréal, Dramaturges éditeurs, 2010, 137 p.

Hébert, François, comment serrer la main de ce mort-là, Montréal, l’Hexagone, coll. «L’appel des mots», 2007, 72 p.

Les trois accords, «Saskatchewan», Gros mammouth album turbo, 2003.

Le Tueur. Volume 8. L’ordre naturel des choses, Casterman, coll. «Ligne rouge», 2010, 56 p. Dessins de Luc Jacamon. Scénario de Matz.

Vallières, Vincent, «1986», Chacun dans son espace, 2003.

18 réflexions au sujet de « Crissement riche »

  1. Jean-Claude Parent

    Épicène

    La lecture du carnet de l’Oreille tendue m’apprend toujours quelque chose. Quand ce n’est pas du vocabulaire, c’est la façon de s’en servir. Longue vie à M. (Mme?) l’Oreille tendue.
    Jean-Claude Parent

    Répondre
  2. Ping : Hostie, ostie, osti, estie, esti, astie, asti, stie, sti, etc. | L’oreille tendue | Blogue de Benoît Melançon

  3. Ping : Sacrer sans sacrer | L’oreille tendue | Blogue de Benoît Melançon

  4. Ping : Ciboire ou cibouère ? | L’oreille tendue | Blogue de Benoît Melançon

  5. Ping : «Calisse» ou «Câlisse» ? Débat | L’oreille tendue | Blogue de Benoît Melançon

  6. Ping : Le calvaire de «calvaire» | L’oreille tendue | Blogue de Benoît Melançon

  7. Ping : Seul en sacrament | L’oreille tendue | Blogue de Benoît Melançon

  8. Ping : Sacrer en chantant / Chanter en sacrant | L’oreille tendue | Blogue de Benoît Melançon

  9. Ping : Les sens du mot «déconcrissé» au Québec | L’oreille tendue | Blogue de Benoît Melançon

  10. Pimpette

    Réaction à votre ajout. Le texte est conçu pour faire croire que c’est le ministère de l’éducation qui parle. Ce serait donc lui qui fait cette faute d’absence de négation?

    Répondre
  11. Ping : La langue de Stéphanie Trudeau | L’Oreille tendue

  12. Ping : Le sens du mot «goaler» au Québec | L’Oreille tendue

  13. Ping : Les jurons du spatio-joual | L’Oreille tendue

  14. Ping : Crime n’est pas crisse | L’Oreille tendue

  15. Ping : «Bout de cierge» et «Bout de vierge» | L’Oreille tendue

  16. Ping : Sacrer avec Les Cyniques | L’Oreille tendue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>